l'Histoire de la Vigne et du Vin - Classement 185

L’histoire de la vigne et du vin partie 2 

L’histoire de la vigne et du vin partie 2 

Mais l’histoire du vin de Bordeaux s’écrit aussi grâce à nos amis d’outre-manche, les Anglais, qui dominaient nos terres et côtes du Sud-Ouest.  Ces derniers ont grandement contribué à l’expansion et  l’amélioration du vin de Bordeaux depuis le Xème siècle.

L’expansion de la région de Bordeaux :

Sachez qu’au Xème siècle le Médoc était un grand marécage. Le vin venait donc de régions telles Gaillac, Bergerac ou d’autres situées à l’Est de Bordeaux. Les Anglais étaient en effet friands de vin « claret », un vin léger et fruité très en mode dans le cours du Nord.

L’histoire de la région diffère aussi de celle des autres régions car à l’époque les domaines viticoles étaient généralement exploités par des moines, faisant de Bordeaux figure d’exception car exploités par des marchands, négociants des premières heures.
Imaginez alors, après les vinifications, des centaines de bateaux en partance pour l’Angleterre ou les pays du Nord. Ces décennies ont grandement permis d’enraciner la région de Bordeaux au centre de l’attention du monde en matière viti-vinicole. Le transport s’effectuait à l’aide d’un contenant appelé  « tonneau », privilégié depuis plusieurs siècles aux amphores qui se brisaient plus facilement.
A savoir que le vieillissement s’effectuait dans des barriques bordelaises pouvant contenir jusqu’à 225 litres (à plus ou moins 2 litres près).

l'Histoire de la Vigne et du Vin - Tonneau

Une barrique contient donc l’équivalent de 300 bouteilles de 75cl. Or les Anglais mesurant en gallons, 50 gallons équivalaient à une barrique, soit 225 litres, soit 300 bouteilles, soit 25 caisses de 12 bouteilles de 75cl. Facile à retenir, facile pour compter. (Un tonneau est un contenant de 900 litres environ).

Le classement de 1855 :

En 1855, Napoléon III demanda aux courtiers de Bordeaux de distinguer, en vue de l’Exposition Universelle de Paris, les propriétés les plus distinguées qualitativement. Il faut attendre le XVII siècle pour voir la région médocaine se développer, avec de fabuleux terroirs promettant des vins de qualités hors normes comme les PauillacSaint EstèpheSaint Julien ou Margaux pour n’en citer que quelques-uns.

l'Histoire de la Vigne et du Vin  - classement 1855

Soixante et un Grands Crus sortirent alors du lot et furent classés en 5 catégories ; allant de « Premiers Crus à Cinquièmes Crus Classés de 1855 ». Cette classification est toujours à l’ordre du jour et plus que jamais au cœur de débat quant à la pertinence actuelle d’un classement distinguant des propriétés il y a plus de 150 ans.

Les autres grands producteurs de Bordeaux :

Ayant était témoin spectateur et non acteur de cette classification, les vins de Graves sous l’initiative du syndicat des vins vont entamer une démarche similaire afin de distinguer leur région. En effet il ne sera pas dit que la plus ancienne région viticole de Bordeaux, berceau de cette aventure régionale, n’aura pas son mot à dire. Ce mot d’ailleurs sera entériné le 16 février 1959 par un décret ministériel reprenant pas moins de 16 rouges ou blancs respectifs de ces propriétés.

Dans le même temps sera entreprit par leur voisin du Libournais une démarche similaire, donnant naissance à une classification révisable par période décennale. Le dernier classement datant de 2013 d’ailleurs. Un mot également sur la région du Pomerol qui bien que non distinguée par une classification de l’appellation recèle parmi les plus mythiques des vins de Bordeaux, avec en fleuron un certain Pétrus…

l'Histoire de la Vigne et du Vin - Classement 185527
Nous finirons ce court rappel des appellations les plus prestigieuses par ce détour au Sud de Bordeaux. Cette région révèle des blancs liquoreux d’une puissance et complexités aromatiques sans équivalences. Ainsi se distingue le très hors norme Château d’Yquem en Premier Cru Supérieur, suivit par 26 autres Crus se répartissant en deux catégories ; Premiers Crus et Seconds Crus des appellations Sauternes et Barsac.

Laisser un commentaire